[ Archives | Comics VF ]
Albums Comics
Page 1 / 19 (1 - 10 sur 182 Total) Page suivante Dernière

Déc 27

Comics VF - Albums Comics - Dernier message


C'est avec beaucoup de peine que je viens de découvrir le décès d'Xbee, alias Fabrice Lallauret, à l'age de 49 ans. N'ayant plus de nouvelles de lui depuis un moment, ni de retour de mails, j'ai tapé son nom et prénom sur Internet et suis tombé sur un avis de décès datant de quelques jours.

 

Je ne suis pas le webmaster et me permets donc d'adresser ce petit mot à tous nos lecteurs, pour qu'ils soient eux aussi mis au courant ; site que je quitte donc, puisqu'il n'y aura plus de mises à jour. Mes pensées vont à sa famille et ses amis. J'écris des chroniques sur ce site depuis plus de 10 ans, et bien que nous ne nous étions jamais vus, cela a été un réel plaisir de travailler sur le site d'Xbee, et donc avec lui.

Nous nous reverrons dans un autre lieu, mon très cher collègue, et je t'apporterai les comics que tu as manqué...

- 0/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s)(4 commentaire(s))



Nov 28

Comics VF - Albums Comics - Clone #1


Pas de publicités pour le café, de films et la notoriété pour Luke Taylor, et pourtant il est cloné. Sa vie bascule, il se découvre d’autres lui-même dont certains tentent de le tuer. Sa femme lui est enlevée alors qu’il forme des alliances avec ses doubles et les alliés de ces derniers, tout en essayant de comprendre ce qui lui arrive. Et surtout de répondre à cette question : quel est l’original de tous ces clones ?

C’est tout d’abord un plaisir de retrouver le méticuleux dessinateur de Black Summer ou de No Hero, dont les planches fourmillent toujours autant de détails. C’est ensuite un récit d’action comme on les aime, sanglant et sans temps mort. Comme toute bonne histoire, le scénario est simple et se complexifie au gré des épisodes. L’original n’est peut-être pas celui que l’on croit, les alliés du héros si invincibles, et le lecteur se met alors à craindre pour la survie des personnages. Un premier album dont on ne peut qu'attendre avec impatience les futures copies (le 2 est sorti il y a peu).

- 15/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Oct 15

Comics VF - Albums Comics - SuperWorld #1


La première vague de super-héros n’est plus. Elle a succombé ou, vieillissante, est dépassée par la jeune génération, celle-ci étant parquée dans une sorte de ghetto doré. On suit ainsi Tamara, une jeune fille détenant des pouvoirs qu’elle ne se doit pas d’utiliser, tout comme ses pairs. Mais ces restrictions sont sur le point de changer. Pour le meilleur et surtout pour le pire…

 

Le pire, malheureusement, parce que tout ceci est bien laborieux. Passé la superbe couverture, les dessins ont ainsi du mal à accrocher l’œil, mais le scénario n’aide pas non plus à captiver le lecteur. Difficile d’éprouver de l’empathie pour ces individus aux super pouvoirs tant la plupart sont grossiers – dans tous les sens du terme -, vivant sur la réussite de leurs ainés. Il faut ainsi attendre les deux tiers du récit pour que celui-ci décolle enfin, pour nous livrer une fin d’album qui étrenne le mystère. Tout ceci est très décevant.

- 7/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Déc 12

Comics VF - Albums Comics - Black Summer


14/07/2014 -

Après la baffe Transmetropolitan que je viens de (re)découvrir, je me suis intéressé à d'autres bouquins de Warren Ellis.

Ce Black Summer ne fait à priori pas l'unanimité mais je ne regrette pas de m'être laissé tenté tout de même. 

Les Armes sont sept super héros américains qui ont déjà fait leur preuve par le passé, ramenant l'ordre dans leur ville qui était sous le joug de milices et de gang. John Horus, le plus puissant d'entre eux, plonge son pays dans le chaos lorsqu'il exécute le président et plusieurs de ses conseillers, les accusant d'être des criminels, de mener une guerre illégitime en Irak et d'avoir pris le pouvoir en truquant les élections...  

 Les deux premiers chapitres du livre m'ont vraiment soufflé. L'acte du personnage et la façon dont il le justifie face aux caméras est un moment très intense. Puis la façon dont le reçoit Tom Noir, co-créateur du groupe qui picole de la vodka à longueur de journée dans son appart dégueulasse depuis qu'une explosion lui a coûté la femme de sa vie et une jambe, juste avant de nous dévoiler ses capacités, m'ont bien scotché. 

J'ai moins apprécié la suite où les Armes se battent entre elles, contre l'armée, puis contre d'autres types balèzes... Même si l'idée de départ est intéressante, je trouve que l'auteur ne l'exploite pas suffisamment et compose un scénar au final bourré d'action qui m'a laissé sur ma faim.

Le véritable point fort de ce comics est pour moi les dessins, extrêmement détaillé et maîtrisé qui donne une intensité rare aux mouvements et explosions... mais il ne faut pas être effrayé par le gore car le dessinateur aime l'anatomie humaine et partage sa passion des organes internes à plusieurs reprises.


Comics "super héros" loin des poncifs habituels du genre, Black Summer n'est pas pour autant une véritable réussite si on attend une intrigue bien développée et passionnante à suivre. 

- 13/20 - nirvanael nirvanael's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)

10/06/2011 -

Un super-héros assassine le président des Etats-Unis qu'il considère comme un criminel et c'est toute sa supère-équipe qui est pourchassée par les autorités.

Warren Ellis qu'on ne présente pas (Transmetropolitan, The Boys, etc) y va donc avec ses pincettes habituelles. Alors pour les habitués de ces histoires de super-héros qui pètent des cables et dézinguent à tout va (Powers ou bien sûr Watchmen), on est en terrain connu. C'est juste encore  plus bourrin et trash que d'habitude. Bien sûr, les ficelles ne sont pour la plupart pas très subtiles (Ellis n'est pas Alan Moore) mais le tout reste extrêmement plaisant et jouissif. La construction, alternant flashback et action sanguinolente dans le présent, permet de ne jamais se lasser.
Niveau dessin, c'est Juan Jose Ryp qui s'y colle et force est de constater que le bougre a du talent. Certains personnages ressemblent parfois à s'y méprendre à du Frank Quitely et certaines planches fourmillent de tant de détails qu'on pense immédiatement à du Geoff Darrow.


Vivement conseillé sauf si vous vous êtes lassé des histoires de héros un peu trop méchants et jusqu'au-boutistes ou que le sang et les tripes vous rebutent.

- 16/20 - simgoblin simgoblin's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)

07/02/2010 -

Pour essayer de vendre cet album, la publicité tente de nous faire croire que nous allons lire une référence du genre en le comparant à Watchmen, la bd culte d'Alan Moore. Je ne sais pas si c'est une idée de Warren Ellis mais la comparaison est quand même gonflée. Ellis n'a pourtant pas à rougir de ses inventions comme les excellents Planetary et Authority et c'est plutôt du coté de ces influences qu'il faut chercher Black Summer. Le monde de Black Summer est à peu près comme le notre si ce n'est qu'un groupe de sept idéalistes, se faisant greffer toute une panoplie d'augmentation corporelle, se rendant ainsi surhumains, décident de combattre le crime et l'injustice. Mais l'enfer est pavé de bonnes intentions. Le seul vrai point commun que l'on peut trouver avec Watchmen, c'est la célèbre question « Qui surveille les gardiens ? » qui est en fait assez commune. La ressemblance s'arrête là car cette histoire, très violente, est très loin de fourmiller des détails de son soit disant modèle et les raccourcis sont nombreux. Reste une histoire sans temps mort mais un ton en dessous d'Authority. Graphiquement, la prestation de Ryp est d'un bon niveau même si je pourrais déplorer la confusion de certaines scènes d'action. Bref, pour les accrocs d'Authority voilà un album de substitution qui vous fera du bien.

- 14/20 - xbee xbee's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)

12/12/2009 -

John Horus est l’une des sept Armes, un super soldat affilié à une technologie qui fait de lui une force de destruction massive. Décidé à éradiquer la corruption dans son entier, il décime la Maison Blanche et son président, avant de contacter les médias. Pour expliquer au monde qu’aujourd’hui, les choses vont changer, qu’il le veut ou non. Le règne du mal vit ainsi ses derniers jours. Mais lorsque ses acolytes apprennent son acte insensé, ils doivent tout autant se défendre contre l’armée au service du gouvernement qui les traque que retrouver leur ami pour mettre fin à sa folie.

Warren Ellis a décidé de frapper fort, et il entraîne le lecteur dans son sillage de fin du monde. Mais son scénario, à première vu original, est finalement plus classique qu’il n’y paraît, et les plans de John Horus sont peu clairs dès lors que le président a été mis hors d’état de nuire. A de telles hauteurs, peut-on espérer avoir comme meneur d’un pays un individu digne de confiance, alors qu’on les entraîne à devenir des loups et à dévorer leurs semblables par tous les moyens ? Qu’importe, le scénario est très bien rythmé et les planches de Juan Jose Ryp font penser à du Darrow (Hard Boiled) tant le degré de détails est tout simplement à la limite de l’incroyable. On retrouve ainsi ce côté très irrévérencieux de Authority du même auteur, et bien que la trame principale ne permette pas d’énormes retournements de situation, on est pris dans cette tourmente de carnages et de chaos, et ce jusqu’à l’ultime feuillet. Un bel album chez ce nouvel éditeur de bandes dessinées qu’est Milady.

 

- 15/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Jl 23

Comics VF - Albums Comics - No Hero


15/07/2014 -

Le duo artistique qui a réalisé Black Summer a sorti un autre album sur le thème du super-héros avec beaucoup plus de réussite à mon sens pour ce No Hero.

Il y a plusieurs décennies, un groupe de justiciers est formé. Ils acquièrent leurs pouvoirs en prenant une drogue mystérieuse, le FX7. L'équipe change au fil du temps, de nom, de membres, et de nos jours Josh Carver fait tout pour attirer leur attention et les rejoindre pour devenir à son tour un "super-héros".  

Après avoir lu quelques critiques, je craignais que ce comics, décrit parfois comme "bourrin", soit un peu trop tourné vers l'action. Alors il y a certes quelques combats sur la fin qui sont parmi les plus gores que j'ai pu voir (quelle imagination pour trouver des trucs aussi dégueu !), mais ce récit marque surtout par la richesse de son écriture et de sa construction. J'ai été très étonné par son déroulement : la "transformation" de Josh ou les "secrets" (je reste volontairement vague pour ne rien gâcher) du groupe m'ont extrêmement surpris et l'intrigue générale n'a pas été dans le sens que j'aurai imaginé. Bon, il y a certes un ou deux retournements de situation en trop qui change un peu la portée du message, mais ça ne se contredit pas pour autant. 

Toujours accompagné d'un grand dessinateur (que j'ai trouvé un peu moins soigné que sur Black Summer tout de même), Warren Ellis montre avec son cynisme habituel que la maxime de  Spider-man sur le pouvoir et la responsabilité qui s'en suit est un idéal bien loin du réel avec brio. A lire !

- 16/20 - nirvanael nirvanael's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s)(2 commentaire(s))

22/08/2010 -

Pour cet album, je ne peux pas dire que Warren Ellis fasse vraiment dans la nouveauté. La trame de No Hero peut facilement se comparer à celle d'Authority ou de Planetary, c'est-à-dire un monde quasiment normal mais soudainement confronté à une bande de super héros voulant faire régner leur justice. Les gouvernements ne vont, bien sûr, pas se laisser dicter si facilement leur comportement et les complots contre le groupe vont être nombreux. Mais attention, le pouvoir corrompt alors le pouvoir absolu … Je ne pourrai pas dire qu'Ellis fasse dans la demi mesure concernant les scènes d'action, nous ne sommes pas dans la frappe chirurgicale mais plutôt dans l'opération sans anesthésie, la bidoche gicle sur les murs, âme sensible s'abstenir. Violent et pas vraiment optimiste sur l'esprit humain, un bon moment qui tourne un peu court mais mieux vaux ne pas être dépressif pour l'apprécier.

- 14/20 - xbee xbee's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)

23/07/2010 -

Warren Ellis nous revient avec l’une de ces histoires dont il raffole : une poignée de super héros sans foi ni loi protège le monde, tout en le suçant jusqu’à la moelle. Mais pour apporter un peu de sang neuf, il se laisse aller à une chute libre de violence et de folie, non sans avoir quelques bons rebondissements dans sa besace. Alors les fans de l’auteur ne seront pas vraiment dépaysés, voire surpris. Le principe de base est toujours le même, des dieux à visages humains contrôlent l’humanité. Cependant, pour les autres, qui ne vomiront pas leurs tripes devant des pages débordant d’organes internes et de sang, ils devraient y trouver leur compte et passer l’un de ces moments décalés dont le scénariste est devenu le spécialiste.

 

- 14/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Mar 29

Comics VF - Albums Comics - Monolith #1


La présence d’un ange gardien peut parfois devenir une malédiction. Et chercher à contrer ses actions un but en soi. C’est ce que va découvrir la jeune Alice, via une voix dans son grenier qui va lui conter un récit datant des années 30.

Quand un super-héros n’est rien d’autre qu’un Golem, créature totémique juive, son scénario s’écarte tout autant des trames classiques habituelles pour renouveler quelque peu le genre. Se déroulant sur deux axes temporels, on découvre les raisons de la création du Monolith tout en observant la descente aux enfers de l’héroïne. Droguée, pourchassée par une bande de loubards, celle-ci va se voir contrainte de réveiller la créature. Si le récit fait preuve de quelques facilités tout en étant surtout une longue introduction à son univers et son personnage central, on ne peut qu’être satisfait de cette entité qui ne saisit pas la portée de ses actes, obéissant simplement à une fonction primaire de protection. Elle laisse inaugurer de belles surprises pour la suite. Mais c’est surtout un indéniable plaisir de retrouver Phil (Goddess) Winslade aux dessins. Ses planches fourmillent de détails, d’angles de vue recherchés et d’ambiances lourdes.

- 13/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Sep 15

Comics VF - Albums Comics - Void #1


John est le seul survivant d’un massacre à bord du vaisseau pénitentiaire Goliath 01. Pourchassé par le colonel Mercer, devenu fou, il hante les couloirs à la recherche d’armes et de nourriture. Et d’un moyen de s’enfuir. Mais peut-on aisément laisser derrière soi les ombres silencieuses d’un espace inhospitalier ?

Il est difficile de conter une histoire avec un seul protagoniste exposé à ses propres peurs. Aucun allié à qui se confier, chaque case n’est ainsi rien d’autre qu’un pas effectué vers la confrontation finale, vers la révélation. Le pari est toutefois remporté, tant l’ambiance, très sombre, prend la forme d’un hameçon et accroche le lecteur… jusqu’à ce que la fin devienne évidente. Et là, force est de constater que le scénario n’y peut pas grand-chose, tant il ne laisse rapidement exposer qu’une simple possibilité. On tourne les derniers feuillets en espérant un rebondissement, on espère que les auteurs ont anticipé la découverte – franchement évidente – qui sera effectuée tôt ou tard par leur lecteur. Mais il n’en est rien et on ne peut que se montrer déçu d’une conclusion aussi banale.

- 11/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Août 17

Comics VF - Albums Comics - Hit-Girl


Suite de la première série Kick-Ass, adaptée en film et prologue de sa suite, Hit-Girl raconte la double vie de Mindy, gamine de douze ans et super-héroïne. Entre un beau-père policier et une mère qui a bien du mal à se remettre de la mort de son mari super-héros, la jeune fille n’entend pas raccrocher et s’est donnée comme liste de courses l’élimination pure et simple du grand-banditisme de la ville. Et la formation du jeune Kick-Ass.

Si Romita Jr, le dessinateur, a bien du mal à ajuster les têtes de ces gamins turbulents et sans pitié, Mark Millar sait toujours s’y prendre pour envenimer son récit et transformer chaque situation en chaos indescriptible. Yoyotant entre classicisme des récits de super-héros avec moult clins d’œil aux personnages Marvel et DC, il tend aussi vers des extrêmes avec des exécutions sanglantes saupoudrées de langages châtiés, ce qui destine cet album à un public adulte.

- 13/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Août 16

Comics VF - Albums Comics - Hawkeye #1 - Ma vie est une arme


Avec le succès du film Avengers, il était normal de voir l’un de ses héros mis en avant via sa propre série. Hawkeye, ancien vilain reconverti, se retrouve ainsi sous les feux des projecteurs, accompagné de Kate Bishop, sa version féminine, pour des aventures qui déconcertent au début. Les premiers épisodes ont effectivement une structure narrative identique avec des retours dans le passé perturbants et une première page qui voit le héros en difficulté, laissant presque croire que l’auteur ne sait pas trop quoi faire de son personnage. Les scénarios ont ainsi tendance à se ressembler, sublimés cependant par des dessins expressifs bourrés d’énergie. Puis le déclic survient, les fondations de l’histoire se mettent en place et l’humour fait mouche. Très éloigné du personnage joué par Jeremy Renner, Hawkeye est ici un moulin à paroles, un rien bordélique, mais tout aussi précis dans ses tirs. Un album visuellement superbe qui nécessite donc la lecture des premiers épisodes pour rentrer dans le bain.

- 14/20 - Greg Greg's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Mai 18

Comics VF - Albums Comics - Superior #1 - Le vœu magique


S'il y a quelque chose qu'on ne peut pas reprocher à Mark Millar, c'est de toujours nous proposer la même chose. Millar tord le concept de super héros dans tous les sens, tantôt psychopathe (Nemesis), tantôt complètement à coté de ses pompes (Kick-Ass), tantôt vieux au bout du rouleau (Old Man Logan). Ici, le propos semble des plus classiques, une histoire à la Shazam, un jeune garçon handicapé par une maladie, se retrouve soudain dans le corps de son héros de comics, Superior, un clone de Superman, suite à un vœu exhaussé par un petit singe habillé en cosmonaute (si, si, je ne vous raconte pas de bêtise !?!). Bon, d'accord, dit comme cela, cela semble plutôt mal parti et je dois dire que si Millar n'était pas aux commandes, je serai certainement plus circonspect. Aucune explication, juste la découverte tâtonnante de ses immenses capacités et le décalage que peut avoir un jeune garçon naïf face aux réalités du monde. Heureusement, la fin semble vouloir mettre un peu de piment à la chose mais il faudra attendre le second tome pour savoir si Millar réussi à mettre du piment dans cette histoire archi-classique. Leinil Yu dessine le tout, ce qui peut paraitre un gage de qualité mais je dois avouer que je suis assez déçu par sa prestation en refermant ce premier tome, c'est vraiment service minimum. En résumé, un premier tome décevant par lui-même, j'espère que la suite va redresser la situation.

- 12/20 - xbee xbee's Avatar -

Ajouter et voir le(s) commentaire(s) (Aucun commentaire)



Page 1 / 19 (1 - 10 sur 182 Total) Page suivante Dernière